Coup de poing



En apercevant le petit signe positif sur l’instrument qui détecte notre grossesse, une onde de choc nous envahit. « Je vais être mère ! » résonne en rafale dans notre tête. Un mélange explosif d’émotions parcours nos veines : Joie, bonheur et excitation. S’y mêle aussi certaines appréhensions, mais heureusement, il nous reste huit mois pour leur faire face!

Réfléchir à son nouveau rôle de maman engendre un remaniement intérieur. Nous voulons le meilleur pour notre futur bébé. Serons-nous un bon guide, capable de lui inculquer des valeurs saines afin qu’il se bâtisse une vie harmonieuse?

À 32 semaines de grossesse, je me suis mise à la tâche. Armée de mon journal intime et d’un stylo, j’ai dressé la liste des valeurs prioritaires, celles que je souhaitais pouvoir enseigner à mon enfant :

  • Choisis avec ton cœur
  • Exerce un métier qui te passionne
  • Crois ardemment en tes talents
  • Aie le courage de poursuivre tes rêves les plus fous
  • Fous-toi de ce que les autres pensent

Facile, n’est-ce pas?

C’est à ce moment que j’ai reçu un bon coup de poing en plein front! La voix de ma conscience s’est sérieusement adressée à moi : « Julie, tu peux DIRE tout ce que tu veux à ton enfant, ce qu’elle retient, c’est ce que tu FAIS. »

Ayoye! Quelle sagesse DÉRANGEANTE cette conscience! Effectivement, comment pouvais-je demander à ma future fille de FAIRE et D’ÊTRE ce que je n’arrivais pas à FAIRE et ÊTRE moi-même dans ma propre vie?

Car mon cœur à moi revendiquait depuis longtemps son besoin d’écrire. Être auteure était le métier que je rêvais d’exercer. J’avais beaucoup de travail à faire afin de croire en mon talent d’écrivaine et la peur du jugement des autres m’empêchait de passer pas à l’action.

Portée, par ma détermination à être un modèle pour mon enfant, je me suis mise à l’écriture. Dix ans plus tard, quatre de mes ouvrages sont publiés, je suis chroniqueuse sur le web et à la radio, je rencontre des élèves dans les écoles et je donne des conférences sur des sujets qui me passionnent à travers le Québec.

Ce qui compte réellement, c’est que lorsque je me bercerai à la fin de mes jours, je pourrai me dire : « Bravo! Tu as été à la hauteur de tes aspirations. Tu as écouté ton cœur, tu as cru en toi sans te laisser influencer par l’opinion des autres.»

Et lorsque mes filles et moi discuterons de l’importance de réaliser nos rêves, mes paroles auront certainement plus de poids.



comments powered by Disqus